Coupe CapCity: le Fury a soif de défis

L’Impact de Montréal sera de retour à la Place TD, à la fin de l’été. Pour une deuxième année consécutive, le club québécois de la MLS croisera le fer avec son club affilié de deuxième division, le Fury d’Ottawa.

Ce match sera disputé le vendredi 7 septembre, en soirée.

L’été dernier, le grand club avait eu le dessus. Au terme d’un match assez chaudement disputé, les visiteurs l’avaient emporté, 1-0.

(…extrait)

MEILLEUR-GIGUÈRE NE CÈDE PLUS SA PLACE

Avant de penser à l’Impact ou même au prochain duel du Championnat canadien contre le Toronto FC, le Fury doit revenir dans le moment présent. Un match de ligue sera disputé sur la pelouse de la Place TD, samedi soir. Un rival direct dans la course aux séries éliminatoires, le Nashville SC, sera de passage.

On présume que Thomas Meilleur-Giguère fera partie du XI Partant.

Il est difficile, ces jours-ci, d’imaginer le Fury sans Meilleur-Giguère en défensive. Le Québécois de Repentigny arrive au septième rang en ce qui a trait aux minutes jouées. Il est devenu un des hommes de confiance de l’entraîneur-chef Nikola Popovic.

C’est un exploit, quand on considère qu’il a passé presque toute la saison 2017 sur les lignes de côté.

« Thomas, c’est avant tout un joueur qui montre l’exemple », affirmait le directeur général Julian De Guzman, vendredi.

« Même l’an dernier, quand il n’obtenait pas de minutes, il était un modèle à suivre. Son histoire, c’est l’histoire parfaite à raconter à tous les jeunes professionnels qui cherchent à débuter leur carrière. Il a toujours été patient. Il n’a jamais arrêté de se battre. Il a toujours cru en son potentiel. Tout le monde peut voir le résultat, aujourd’hui. Thomas peut être fier de lui. »

En réalité, Meilleur-Giguère doit ce revirement de situation à Nikola Popovic. À son arrivée en poste, vers la fin de l’hiver, le jeune entraîneur serbe ne connaissait pas trop les joueurs qui étaient à sa disposition. Il a vite été impressionné par l’ardeur et l’acharnement démontré par certains dans les séances d’entraînement.

« Il me disais que je travaillais bien. Il me félicitait pour mon attitude. Il me disait qu’en continuant ainsi, je finirais par obtenir ma chance », raconte le joueur.

Tous les entraîneurs sont capables de faire de belles promesses.

Tous les entraîneurs ne sont cependant pas capables de les respecter…

« Nikola a tout mon respect, affirme aujourd’hui Meilleur-Giguère. Le monde du foot, c’est assez petit. Il va peut-être diriger une autre équipe, un jour. Je ne serai jamais fermé à l’idée de jouer pour lui. »

Le Québécois a fait le plein de confiance dans les derniers mois. Il s’est aussi amélioré à différents égards, d’un point de vue technique.

« Mon jeu aérien est meilleur, croit-il. Je crois que j’ai aussi amélioré mon temps de réaction. Dans les premiers matches, je trouvais que les adversaires arrivaient vite. Je me suis habitué, depuis. »

 

Lire le texte sur le site du journal Le Droit de Gatineau: par ici